La surexcitation des experts autour de Google Plus

Prendre un peu recul sur les usages

pipeau

On a déjà rencontré ce problème avec l’utilisation réelle de Twitter, dont le nombre de comptes actifs est très faible par rapport aux nombres d’inscrits.

Répartition des utilisateurs de Twitter

Données issues du mémoire « Médias en ligne et autopublication » de Guénaël Pépin.

C’est un peu la même chose avec Google Plus, le temps passé sur ce medium social est moindre comparé à celui passé sur Facebook et Twitter. C’est PC INpact qui a réagit rapidement après l’annonce des chiffres d’audience de Médiamétrie pour nuancer cette « victoire » de Google Plus. Tous le monde été emballé par le nombre impressionnant d’inscrit en occultant une valeur plus représentative de l’activité du réseau : le temps passé sur le support.

Infographie sur le temps passés sur les réseaux sociaux

La flèche ne signifie pas « en augmentation », mais « largement au dessus ».

Il serait peut être tant de ne pas généraliser son usage personnel de « spécialiste » des médias sociaux à l’internaute lambda. Apporter un soutien inconditionnel et aveugle à Google Plus c’est le degré zéro de l’expertise.

Alors oui, ils y a des fonctionnalités super intéressantes sur Google Plus que Facebook et Twitter ne proposent pas, de là à dire que Google Plus va supplanter les autres réseaux sociaux il y a un gouffre.

Il y a une valeur ajoutée certaine à Google Plus sur des fonctionnalités, comme l’usage important de la vidéo, notamment sur les pages, mais fondamentalement Google Plus n’apporte absolument rien de plus à monsieur et madame tous le monde. Il n’y a aucune révolution dans l’orientation du medium.

Le meilleur créneau que Google Plus prend c’est son intégration à Google Apps, car il devient de fait, le réseau social d’entreprise le plus aboutis du monde (a priori).

Le Like est dans la rueOui, les possibilités sont intéressantes, mais ce n’est pas demain la veille que Google Plus obtiendra les suffrages des internautes bien ancrés sur Facebook. N’oublions pas que dans l’imaginaire collectif, les réseaux sociaux font avant tout partie d’une sphère « privée » dédiés aux loisirs et au maintien de relations « d’amitiés » distantes.

Google Plus est très bien pensé pour les entreprises, les possibilités sont là, mais cela reste une coquille vide qui n’apporte rien aux internautes lambda sur les fonctionnalités les plus utilisées (status, commentaires, photos…).

Le fait de toujours penser à l’usage que l’on pourrait tirer des médias sociaux pour l’entreprise c’est faire la démarche systématique de trouver un moyen d’entrer dans la sphère « intime » de l’internaute.

Bref, Google Plus reste une hybridation réussie entre Facebook et Twitter. Entre l’usage très multimédia de l’un et du système de filature de l’autre. Bien sûr, cela va beaucoup plus loin, mais reprendre les meilleures fonctionnalités des concurrents en y greffant 3 ou 4 autres idées brillantes n’est pas suffisant pour faire de Google Plus un acteur omniprésent des web-usages contemporains.

Quelles est la réelle différence de Google Plus avec Facebook et Twitter en terme d’usage ? En quoi cette différence comble « un manque » pour le grand public ?

Sources

9 réflexions au sujet de « La surexcitation des experts autour de Google Plus »

  1. Chob

    Merci pour cet article salutaire qui remet les choses en perspective. Je crois que la comparaison avec Twitter est appropriée puisque de nombreux chiffres montrent la proportion énorme des utilisateurs qui ont juste créé un compte « pour voir ». Susciter la curiosité des geeks est facile quand on a la puissance de feu de Google, générer des usages durables est une autre histoire…

    Répondre
  2. Paul-Henri

    Je crois qu’on est tous d’accord (depuis le départ) pour dire que la forte évolution de courbe d’adoption de Google+ ne signifie en rien une explosion de l’usage de la plateforme.

    En revanche, j’aime assez le rappel sur le temps passé sur les médias sociaux afin de ne pas tout mélanger…

    Mais de la même manière, j’aimerai autant que vous rappeliez que les utilisateurs ne sont pas forcément plus à l’écoute des marques sur Facebook ou Twitter.

    @phb sur Twitter

    Répondre
  3. Ping : La surexcitation des experts autour de Google Plus | Le monde est-il NET ? | Scoop.it

  4. Oweia

    Cet avis est-il toujourd’actualité lorsque l’on sait que Google promeut désormais les marques, pages et utilisateurs dans ses résultats du moteur de recherche aux US, et bientôt en France ? Cad, que désormais, les premiers résultats affichés sont ceux partagés par ses cercles, et que les pages des marques de voitures par exemple apparaissent en haut à droite des pages de résultat pour la requête « cars ». Existe-t-il des études sur l’utilisation de Google + ?

    Répondre
  5. Ping : Like | Maw Make Money Online

  6. Ping : Like | Small Business Loans

  7. Ping : Like | seo blog news

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>